Afin qu’il soit un univers ouvert sur le monde et sur les autres, un univers où les réflexions se rencontrent et s’enrichissent, proposez-moi vos commentaires et les références de vos lectures, vos billets d’humeur et vos touches d’humour…
- Vous êtes professionnels (médecin, psychologues, sexologues, philosophes, sociologues, historiens, journalistes…) proposez-moi vos articles pour compléter les miens !
- Vous êtes artiste peintre ou photographe et vous voudriez illustrer à votre tour ce site, prenez contact avec moi !
- Vous seriez intéressé par une collaboration ? Faites-vous connaître !

Vous avez des suggestions, idées ou conseils, des contacts à proposer, des liens internet à faire connaître, des annonces de conférences, d’évènements, de spectacles…
Eh bien dites-donc !

 

Michel Four

« Il y a un siècle, quand médecins, peintres et usagers des maisons closes étaient les seuls mortels à approcher le Nu, la nudité demeurait impure. Chargée du puissant attrait de l’interdit, elle arborait les couleurs d’une vérité que l’ordre en place tenait à garder secrète. On l’autorisait aux statues des musées avec la réserve métaphorique d’une feuille de vigne. Mais les élites qui l’admiraient dans le marbre, l’avaient en horreur à l’état vivant.

Le dessin exige que toutes les facultés de l’artiste s’y attèlent, afin que l’œuvre achevée sollicite à son tour toutes les facultés de celui qui la contemple. On n’en sort pas indemne ? Eh non, c’est même le but de l’art : nous déstabiliser en profondeur, nous révéler quelque chose de nous-mêmes que nous évitions jusque là… » Sophie Chauveau

Michel Four vit et peint à Paris.

Il a exposé aux états Unis, en Corée, en Allemagne, en Belgique, au Brésil et surtout à Paris.

Quand il ne peint pas, il dessine…des femmes entre autres…

Ces femmes dont le poète Xavier Bordes disait « Il y a dans tes femmes, Michel, un contre poison à l’angoisse des jours sans pitié… »

Quelques peintures de Michel Four :